Bien gérer vos finances personnelles avec la crise du Covid-19

L'équilibre de nos finances personnelles est bouleversé par cette crise sanitaire : travail perturbé, revenus en baisse, placements qui chutent... Comment réagir, quels réflexes adopter ? Voici quelques pistes utiles.

Je maintiens le niveau de mes revenus et maîtrise mes dépenses

Le gouvernement a mis en place de nombreuses mesures pour soutenir les revenus des Français : indemnités journalières exceptionnelles pour quarantaine, pour garde d'enfant..., indemnisation du chômage partiel souvent jusqu'à 84%, prolongation des droits au chômage pour les demandeurs arrivant en fin de droits, aide exceptionnelle pour les bénéficiaires du RSA, de l'ASS ou des allocations logement, ou encore prime exceptionnelle de pouvoir d'achat, jusqu'à 2 000 euros...

Le confinement a, de fait, limité bon nombre de vos dépenses : les transports (avec des économies de carburants par exemple), les sorties (musées, spectacles, restaurants...)... En revanche, d'autres se sont accrues : dépenses d'électricité ou achats de fournitures pour le télé-travail / télé-école, dépenses d'alimentation (en remplacement de la cantine), etc.

Il est donc nécessaire de penser à faire les démarches, le cas échéant, pour bénéficier des mesures gouvernementales, pour éviter le paiement de certaines dépenses ou obtenir leur remboursement :

  • Renseignez-vous auprès de votre employeur pour voir ce qu'il est prévu en matière de tickets restaurant, indemnités de télé-travail ou autres.
  • Pour la cantine, frais de garderie et études dirigées des enfants, voyez avec votre mairie (ou votre école privée) pour obtenir remboursement.
  • Concernant les frais de scolarité, la continuité pédagogique étant assurée, il semble peu vraisemblable de pouvoir obtenir un remboursement.
  • Quant aux abonnements (cinémas, salles de sport...), certaines enseignes ont annoncé le non-prélèvement des échéances, d'autres ont pu prévoir des séances à distance (fitness, pilates ou autres) par visio conférence.
  • Vous aviez réservé des vacances ? Sachez qu'un décret prévoit soit le remboursement, soit un avoir, si le report à une autre date n'est pas possible.
  • Pensez enfin à faire jouer votre assurance (contrats d'assurance complémentaire santé, les contrats de prévoyance, annulation de voyage ou rapatriement sanitaire...).

A savoir

En cas de difficultés à payer vos factures, contactez sans attendre vos créanciers (propriétaire, assureur, fournisseurs d'énergie...) pour les en informer et voir avec eux les solutions envisageables : report de paiement, suspension, etc. Soyez prêt à leur expliquer :

  • votre situation financière, vos revenus et actifs,
  • combien vous pouvez vous permettre de payer,
  • quand vous pensez pouvoir recommencer les paiements réguliers.

Sachez que vos créanciers aussi, faute de votre paiement, pourraient se retrouver en difficultés.

Retour haut de page

Je consulte régulièrement mon compte pour éviter les incidents

Plus que jamais il est nécessaire de consulter, chaque jour de préférence, par Internet ou l'application de votre banque, le solde de votre compte et les opérations passées ou à venir car en cas de solde négatif, les paiements qui se présenteront (chèques, prélèvements...) risquent d'être rejetés.

Cet exercice permet donc d'éviter les incidents de paiement et / ou le dépassement éventuel de votre autorisation de découvert et donc par là-même de devoir payer des frais.

Contactez votre banque pour voir les solutions possibles pour faire face à ces difficultés passagères dues à la crise. Vous pourrez faire un point global sur votre situation et voir avec elle si vous pouvez :

Dans tous les cas, assurez-vous de pouvoir rembourser et que cela ne mette pas en péril votre budget dans le futur.

Retour haut de page

Je gère mon épargne et mes placements

Si vous aviez constitué une épargne de précaution (deux ou trois mois sont souvent recommandés), c'est sans doute le bon moment pour l'utiliser car côté imprévu, l'épidémie, avec la crise économique qu'elle engendre, coche toutes les cases. Vérifiez auprès de votre épargne salariale, les montants disponibles que vous pouvez récupérer pour faciliter la gestion de votre budget quotidien ou voire même si vous pouvez bénéficier d'un cas de déblocage anticipé.

Si vous aviez programmé un virement automatique régulier pour mettre de l'argent de côté, pensez à l'arrêter temporairement, si vous ne pouvez plus faire face à vos dépenses. Vous reprendrez votre effort d'épargne plus tard, une fois la crise passée.

Quant à vos placements, particulièrement investis en bourse, ce n'est évidemment pas le moment pour revendre alors que les cours ont presque tous chuté : tant qu'on n'a pas vendu, on n'a rien perdu ! Vous devez respecter la durée ou l'horizon de votre placement, il n'a pas à être modifié par le krach boursier. Les investissements en actions sont ainsi des investissements de long terme, entre 15 et 20 ans.

Certains voudront profiter de cette chute des cours pour investir : attention aux faux bons plans ! Entre les arnaques qui se multiplient (faux sites, phishing,...) et les valeurs soi-disant refuges, la prudence est de mise. Fonds en euros ou placements immobiliers..., il est encore trop tôt pour savoir quel secteur sortira le mieux de cette crise.

Une fois la crise passée, vous pourrez faire un bilan patrimonial et construire votre patrimoine de manière équilibrée, diversifiée et toujours en tenant compte de vos objectifs et besoins.

Avril 2020

Retour haut de page

Voir aussi

Articles

Mini-guides

Maîtriser mon budget

Si tenir son budget peut sembler fastidieux (on ne sait pas toujours comment procéder, par où commencer ni quels outils utiliser), c'est pourtant particulièrement utile quand les fins de mois sont difficiles. Cela permet de prendre conscience des dépenses réalisées et de trouver des pistes pour améliorer la situation. Ce guide vous aidera à vous organiser pour gérer votre argent au quotidien.

Voir le mini-guide

facebook Suivez-nous sur Twitter (Nouvelle fenêtre) Suivez-nous sur youtube (Nouvelle fenêtre)