Recrudescence des fraudes aux prêts et aux livrets

Profitant du contexte, les escrocs vantent des livrets très rentables ou des crédits faciles à obtenir pour prendre au piège des personnes en difficultés à la recherche de solutions financières. Soyez vigilant !

Quel est le principe de la fraude au prêt ou fraude au livret ?

Les escrocs se font passer pour des établissements de crédits, des banques ou encore des courtiers pour proposer des solutions (épargne ou crédit) à des conditions très attrayantes. La fraude repose (encore une fois) sur l'usurpation d'identité.

Un établissement financier se voit usurper son identité par un escroc qui propose en son nom :

  • un livret avec une très forte rentabilité, un taux d'intérêt très élevé et des revenus garantis,
  • un crédit à un taux très bas, sans justificatif ni garantie à fournir.

Comme tous les moyens sont bons, vous pouvez être contacté par mail ou téléphone, ou tout simplement accéder à une publicité en ligne notamment sur des sites d'information.

Si vous répondez ou cliquez, vous allez être recontacté et recevoir des documents et/ou être dirigé vers un site Internet pour remplir un formulaire. Très bien faits, ces sites et documents vous inspireront confiance car ils utilisent des mentions légales, des noms et des logos de banques ou établissements financiers connus, etc. Toutes ces enseignes (les vraies) sont d'ailleurs enregistrées dans les registres officiels Orias et Regafi.

  • Dans le cas d'un faux prêt, l'escroc vous demandera d'avancer les frais de dossier.
  • Pour le faux livret, vous n'avez qu'à verser les premiers dépôts pour percevoir au plus vite les intérêts promis.



A noter

Une fraude de même type concerne les placements financiers : diamants, champagne, vin, crypto-actifs, etc.
Consultez nos infographies : la fraude au prêt et la fraude aux placements.

Retour haut de page

Comment ne pas tomber dans le piège ?

Les indices qui doivent vous alerter :

  • la proposition d'épargne contient des taux s'écartant grandement de ceux généralement pratiqués, l'offre est très attractive,
  • les messages ou appels proviennent d'inconnus que vous n'avez pas sollicité vous-même,
  • on vous demande d'agir vite, pour ne pas rater l'occasion...,
  • la personne est insistante,
  • aucun ou très peu de documents sont à fournir...

Alors, vous devez redoubler de prudence :

  • Ne versez pas d'argent, ne donnez pas vos numéros de carte bancaire, ni votre RIB.
  • Consultez les listes noires de l'AMF et de l'ACPR et leurs mises en garde. Elles ne sont pas forcément complètes, de nouveaux acteurs non autorisés apparaissant régulièrement ; mais elles sont mises à jour régulièrement, et contiennent déjà plusieurs centaines de noms et sites repérés comme frauduleux ou douteux.
  • Par ailleurs, sur le site de l'AMF protect-épargne vous pouvez "tester" l'investissement proposé.

Retour haut de page

Que faire en cas de préjudice ?

Si vous avez subi un préjudice, déposez plainte à la police ou la gendarmerie au plus tôt.

Vous pourrez recevoir des conseils auprès de INFO ESCROQUERIES en appelant le 08 05 80 58 17.

Vous pouvez signaler les pratiques à :

  • la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) au 3939 ;
  • l'ACPR en remplissant le formulaire de transmission d'information (secteur bancaire) sur le site acpr.banque-france.fr ;
  • le portail officiel de signalement du Ministère de l'intérieur ;
  • la plateforme internet-signalement et Signal Spam en vous inscrivant gratuitement si vous avez été sollicité par un courriel.

A retenir

  • Il n'existe pas de placement miracle à forte rentabilité et sans risque.
  • Vous n'avez pas à verser un euro pour obtenir l'accord d'un prêt ou débloquer les fonds.

Avril 2021

Retour haut de page

Voir aussi

Articles

Mini-guides

Fraudes aux opérations bancaires

Comment réagir ? Dans quels cas puis-je être remboursé ? Après quelques informations générales, ce guide propose un panorama des principaux types de fraudes, les réflexes à adopter lorsque vous pensez en être victime et les modalités de remboursement s'il y a lieu.

Voir le mini-guide

Face à un intermédiaire : ayez le réflexe ORIAS

Vous avez souscrit ou allez souscrire un contrat d'assurance, un crédit, des services de paiement, un produit financier, etc. ? Assurez-vous de l'immatriculation de votre intermédiaire à l'ORIAS. Que ce soit en assurance, banque ou finance, il doit en effet être habilité à commercialiser ces produits et services.

Voir le mini-guide

Autres documents

Autres sites

facebook Suivez-nous sur Twitter (Nouvelle fenêtre) Suivez-nous sur youtube (Nouvelle fenêtre)