3 Min

En cas de difficultés

Anticiper les baisses de revenus et réagir

Une perte de revenus peut être soudaine et imprévisible. C’est pourquoi vous devez notamment vous constituer régulièrement une épargne de précaution ou souscrire des assurances emprunteur avec votre crédit. Si vos revenus baissent vous devez réagir rapidement pour connaître les aides (RSA, Allocation chômage, CMU-C, ACS…) et pour ajuster vos dépenses.

Comment anticiper ?

Si vous ne pouvez pas prévoir un accident de la vie, ni la baisse de ressources qui en découle, vous pouvez prendre des précautions pour limiter les conséquences financières.

Même quand tout va bien, ne vous endettez pas de façon trop importante :

  • gardez un «  reste pour vivre  » suffisant pour le quotidien et les imprévus,
  • ne laissez pas un découvert en compte perdurer ou s’aggraver.

Pensez à épargner régulièrement, même une petite somme tous les mois ou un petit pourcentage de vos revenus. Cette épargne de précaution vous permettra de faire face à un coup dur en attendant le versement des prestations sociales auxquelles vous aurez peut-être droit.

Enfin, si vous vous engagez dans un nouveau crédit, vous devez étudier attentivement les propositions d’assurance qui peuvent couvrir certains risques, notamment la perte d’emploi. Bien que facultatives, elles sont proposées par la banque de façon systématique.


En recherchant et sollicitant toutes les aides possibles

En cas de baisse ou de perte totale de revenus, la première chose à faire est d’essayer de trouver de nouvelles ressources financières, notamment en vérifiant si vous avez droit à des prestations sociales.
Selon la nature de l’événement, il peut s’agir :

  • des allocations, en cas de chômage,
  • des indemnités journalières de la Sécurité sociale, en cas d’accident du travail,
  • de l’allocation pour adulte handicapé, en cas de handicap,
  • d’une pension alimentaire, en cas de séparation avec enfant(s) à charge,
  • d’une allocation journalière de proche aidant si vous interrompez temporairement votre activité professionnelle pour vous occuper d’un proche…

Vous avez peut-être également droit à des aides telles que le Revenu de Solidarité Active (RSA), les allocations logement, la CMU-C (gratuite) ou l’Aide pour une Complémentaire Santé (ACS) pour bénéficier d’une meilleure couverture médicale.
Le site mes-aides.gouv.fr vous permet de connaître les prestations sociales dont vous pouvez bénéficier et d’estimer leur montant mensuel. Contactez également le centre d’action sociale (CCAS ou CIAS) de votre commune pour faire le point avec un(e) conseiller(e).

A noter : Le chèque énergie est un dispositif d’aide au paiement des dépenses d’énergie du logement (factures d’électricité, de gaz, bois, fioul, rénovation énergétique…). Il s’adresse aux ménages qui ont des revenus modestes et remplace depuis janvier 2018 les tarifs sociaux de gaz (TPP) et d’électricité (TSS).


Comment réduire vos dépenses ?

Listez toutes vos dépenses sans oublier :

  • celles qui sont fixes et déjà engagées (factures d’énergie, loyer…),
  • celles qui peuvent être supprimées (abonnement TV …), différées (achat d’un équipement…) ou revues à la baisse (changement de forfait de téléphonie mobile…).

Cela va vous permettre d’établir un nouveau budget prévisionnel. vous pouvez aussi utiliser l’application pilote budget.

Important : N’utilisez pas de crédit renouvelable ou ne souscrivez pas de nouveaux crédits pour faire face à vos dépenses. Ce serait une nouvelle dette (et non une ressource) et donc une charge supplémentaire qui alourdirait encore votre budget.


Qui prévenir ?

Il est préférable d’informer de vos difficultés rapidement :

  • vos créanciers (bailleurs sociaux, centre des impôts…) afin d’essayer de négocier avec eux pour obtenir des délais de paiement,
  • votre conseiller bancaire pour étudier ensemble les possibilités d’aménagement de vos moyens de paiement (privilégier une carte à autorisation systématique par exemple…) et de vos crédits en cours (autorisation de découvert, modularité de certains prêts immobiliers …). Il vérifiera avec vous si les garanties des assurances liées à ces crédits peuvent s’appliquer et vous indemniser.


Que deviennent vos crédits ?

Certains prêts immobiliers sont modulables, lisez votre contrat : vous pourrez alors diminuer le montant de vos mensualités ou les reporter pendant quelques mois.
Vérifiez si vous avez souscrit une assurance qui :

  • rembourse définitivement totalement ou partiellement le capital (assurance décès du co-emprunteur, assurance Perte Totale et Irréversible d’Autonomie),
  • prend en charge temporairement les mensualités (assurance Invalidité Temporaire / assurance Incapacité de Travail / assurance perte d’emploi).

Vous pouvez regrouper vos crédits (plusieurs prêts à la consommation par exemple). La reprise de plusieurs de vos crédits en un seul, sur une durée plus longue, permet de réduire le montant de la mensualité. En revanche cela augmente le coût total du crédit.

A noter : Il existe dans certain cas un délai de prise en compte (délai de carence) de votre dossier par l’assureur avant d’être indemnisé.

Pour aller plus loin :

Voir aussi

Voir aussi

Clés mag
Abonnez-vous ici pour retrouver toutes les actus et nouveautés des clés de la banque :
Vidéos, mini-guides, etc.

Je m'inscris à la newsletter

Pour être informé régulièrement des actualités du site

* Champ Obligatoire

Je m'abonne à :

Merci pour votre inscription à la newsletter

0 document sélectionné

Partager cet article