5 Min

Arnaques et fraudes types

Protégez vos données !

Vos données sont utilisées par les entreprises commerciales pour vendre et personnaliser leurs produits et services. Pour vous, elles sont précieuses car permettent de vous identifier, authentifier, payer... Divulguer le moins possible d’informations personnelles est la 1ère des préventions pour vous protéger.

C'est quoi une donnée personnelle ?

Une donnée à caractère personnel, c'est une information relative à une personne physique susceptible d'être identifiée, directement ou indirectement, peu importe qu'elle soit confidentielle ou publique.

Ainsi, par exemple : nom, photo, empreinteadresse postale, adresse mail, numéro de téléphone, numéro de sécurité sociale, matricule interne, adresse IP, un identifiant de connexion informatique, enregistrement vocal, etc. 

Quiconque vous demande ce type de données personnelles, doit respecter des principes. La collecte doit notamment :

  • avoir une finalité ou un but précis
  • être proportionnelle et pertinente, sécurisée et confidentielle
  • pour une durée limitée...

Comment protéger ses données bancaires ?

La banque détient ainsi un certain nombre d'informations personnelles pour vous identifier, des informations techniques sur vos produits et services souscrits, vos paramètres personnels, vos options fiscales par exemple, des données historiques comme les opérations effectuées sur vos comptes.

Attention : concernant tous vos moyens de paiement ou encore la connexion à vos comptes à distance, vous êtes seul à détenir vos codes confidentiels. Vos identifiant bancaire et mot de passe vous sont propres. Votre conseiller bancaire n'a pas à les connaître, il n'en a pas besoin.

L’authentification forte pour les achats en ligne, désormais généralisée a permis de renforcer davantage la sécurité des paiements des Français. Selon une étude de la Fédération bancaire française, c’est une mesure plébiscitée par ceux-ci et ils sont 65 % à trouver cela rassurant, seuls 15 % la voyant comme une contrainte.

Cependant, les Français adoptent encore parfois encore de mauvais réflexes : 20 % ont déjà fourni leurs coordonnées bancaires sur un site suite à un mail ou un SMS reçu leur demandant de le faire. Les comportements à risque touchent d'ailleurs toutes les catégories de la population. Et les tentatives de fraude sont de plus en plus fréquentes et de plus en plus élaborées. Elles profitent notamment de l'actualité et des événements en France comme les Jeux Olympiques qui risquent d'amplifier le phénomène.

C'est pourquoi, le ministère de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, la Banque de France, la Fédération bancaire française (FBF) et l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement (OSMP) déploient une campagne de sensibilisation nationale, en presse écrite, radio et sur internet sur la protection des données bancaires avec le message : "Codes, mots de passe et identifiants bancaires : ne donnez jamais ces données".

Pourquoi ne pas divulguer ses données personnelles, ou le moins possible ?

Sur Internet, sites marchands, sites de rencontre ou réseaux sociaux par exemple... plus vous mettez d’informations en ligne, plus les fraudeurs peuvent les récupérer. Vos données personnelles, même non confidentielles, peuvent en effet être mal sécurisées, et donc volées et utilisées à votre insu.

Les escrocs utilisent tous les moyens pour vous séduire et / ou récupérer vos informations personnelles, et ensuite les utiliser en se faisant passer :

  • pour vous auprès d'un tiers (banque, opérateur téléphonique, etc.),
  • ou pour un tiers auprès de vous. Vos données servent alors à vous rassurer : c'est bien quelqu'un qui vous connaît, dont vous êtes client par exemple, qui est en train de vous parler.

Dans les 2 cas, vous seriez victime et ça vous porterait préjudice. L’usurpation d'identité est en forte recrudescence et largement utilisée dans de nombreux cas de fraudes.

Exemple avec la fraude au faux conseiller bancaire : l'escroc récupère d'abord des informations via un phishing classique comme vos noms, prénoms, date de naissance, banque, etc. Ensuite, il vous appelle en se faisant passer pour votre banque. Les escrocs utilisent même les dernières innovations en matière d’intelligence artificielle (deepfakes) pour imiter la voix de leur banquier et ainsi tenter de :

  • récupérer d'autres informations
  • ou vous faire réaliser des opérations à son profit.

Attention : Même votre entourage n'a pas à connaitre vos données bancaires. Les communiquer vous expose à des risques : divulgation, usage frauduleux...

Vis-à-vis des entreprises, même fonctionnement, c'est ce qu'on appelle l'ingénierie sociale. L'escroc va glaner de nombreuses informations, sur internet ou même en appelant l'entreprise (nom de dirigeants, opérations en cours, nom du directeur financier, dates de congés des personnes habilitées à payer, etc.). Avec toutes ces informations, il pourra se faire passer pour quelqu'un de l'entreprise, gagner la confiance d'un salarié, et ainsi finaliser l'escroquerie.

Quelles sont les bonnes pratiques pour protéger ses données ?

Plusieurs habitudes sont bonnes à prendre :

  • Soyez aussi vigilant avec vos données qu’avec vos papiers d’identité ou vos clés.
  • Maîtrisez les données que vous communiquez et à qui.
  • Sauvegardez régulièrement vos données sur un support externe (disque dur par exemple).
  • Privilégiez un logiciel sécurisé de gestion pour vos mots de passe.
  • Disposez d'adresses mail différentes selon l'usage (professionnel, personnel, achats, etc.).
  • Paramétrez avec soin votre compte sur les réseaux sociaux et réservez l'accès aux amis ou relations proches.
  • Regardez les politiques de gestion des données personnelles des sites que vous consultez.
  • Limitez les autorisations demandées par les applications que vous installez sur votre smartphone à celles qui sont nécessaires.
  • N'enregistrez pas les données de votre carte bancaire sur les sites marchands.
  • N'enregistrez pas votre code d'accès de banque à distance. Apprenez-le par cœur.
  • N’utilisez jamais un lien ou numéro de téléphone au sein d'un message non sollicité.
  • Regardez de très près l’adresse mail qui vous envoie un message, les fraudeurs imitent les adresses mails légitimes.
  • Ne confiez jamais votre moyen de paiement à un tiers (proche, coursier, …).
  • Privilégiez la solution d’authentification forte la plus sûre : application bancaire sur smartphone ou dispositif physique autonome (lecteur de carte, clef USB).

A retenir : Jamais votre conseiller bancaire ne vous demandera un code, un mot de passe ou un identifiant, ni d’effectuer ou de valider des opérations. Il n’en a pas besoin. Ne communiquez jamais vos données de sécurité à des tiers. Jamais votre prestataire de services de paiement ne vous demandera des informations ou ne vous sollicitera pour annuler une opération frauduleuse. Jamais votre banque ne viendra chez vous pour récupérer votre carte bancaire ou pour mettre en sécurité de l’argent ou des bijoux.

Comment réagir en cas d'arnaque ?

Signalez rapidement au 33700 les SMS qui vous semblent frauduleux. Les entreprises et les administrations n’utilisent jamais de numéros de téléphones banalisés (tels que des 06 ou des 07) pour leurs canaux de communication par SMS.

Contactez au plus vite votre conseiller ou votre prestataire de services de paiement en cas de suspicion de fraude. Utilisez alors toujours un canal sécurisé et connu : applications bancaires, numéros de téléphone référencés sur ces applications.

Vous pouvez contacter la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) pour faire valoir vos droits : accès, rectification, etc.

Portez plainte auprès de la police ou de la gendarmerie et le cas échéant, signalez une usurpation d’identité.

Demandez, au site concerné, à récupérer / effacer vos données, et opposez-vous à leur utilisation.

A noter : la plateforme internet « Thesee » (Traitement harmonisé des enquêtes et signalements pour les e-escroqueries) a ouvert depuis mars 2022. Vous pouvez y porter plainte (via France Connect) ou signaler un fait d’escroquerie en ligne, par courriels, sites web, e-commerce, relations virtuelles..., sans avoir à vous déplacer au commissariat. Sont concernées les escroqueries suivantes : ransomware ou rançongiciel, piratage d’une messagerie électronique (mail, réseaux sociaux…), phishing (hameçonnage), fraude liée à un achat sur internet, fraude liée à une location sur internet, chantage / menaces lors d’une relation amoureuse ou amicale sur internet.

En complément de l'article "Protégez vos données !" :

Voir aussi

Voir aussi

Clés mag
Abonnez-vous ici pour retrouver toutes les actus et nouveautés des clés de la banque :
Vidéos, mini-guides, etc.

Je m'inscris à la newsletter

Pour être informé régulièrement des actualités du site

* Champ Obligatoire

Veuillez sélectionner un abonnement

Je m'abonne à :

Merci pour votre inscription à la newsletter

0 document sélectionné

Partager cet article