6 Min

Arnaques et fraudes types

Quelques fraudes types à (re)connaitre

Un message ou un appel urgent vous propose un gain rapide, un rendement certain et sans risque, une facilité de mise en place, une gratuité, un taux imbattable etc. ? Vous devez vous méfier même si l’adresse de messagerie vous semble familière ou le site Internet est bien fait, ou l’enseigne très connue. En cas d’arnaque, il est essentiel de réagir vite. Focus sur certaines fraudes, de plus en plus organisées et abouties.

Une tentative de fraude ? Un doute ?

Transcription

Vous devez réagir rapidement en cas de tentatives ou de fraudes, c’est important pour limiter les pertes d’abord et pour pouvoir être remboursé s’il y a lieu.

Si vous pensez être victime d’une tentative de fraude ou si vous avez fourni à tort vos identifiants de banque à distance ou vos données de paiement, contactez votre banque au plus vite et voyez avec elle ce que vous devez faire : opposition, nouveaux accès…

Selon la nature de l’opération relevée, la banque pourra faire des recherches. Toutes les banques respectent des règles communes sur le traitement de la fraude. Les processus internes, mis en place pour respecter ces règles et assurer le meilleur service possible aux clients, sont propres à chaque banque.

Seule une consultation régulière de votre compte peut vous permettre de détecter un incident ou une anomalie. Assurez-vous que votre banque a toujours vos coordonnées à jour (téléphone, adresse de courrier électronique…). En cas d’opération douteuse, elle peut avoir besoin de vous joindre rapidement.

Par ailleurs, signalez l’escroquerie ou déposez plainte sur la plateforme THESEE sur service-public.fr.
En cas de difficultés, des conseils pratiques sont disponibles sur www.cybermalveillance.gouv.fr, le site de prévention et d’assistance du risque numérique.

L’appel d’un faux conseiller bancaire

En apparence, votre conseiller vous appelle par téléphone. Le numéro affiché semble bien être le sien. Il vous alerte sur des opérations qu’il dit « anormales » (ou, autre prétexte, il veut mettre à jour vos données).

Pour les annuler ou procéder à des vérifications, résoudre l’incident ou limiter les dégâts supposés, il vous demande d’agir au plus vite et directement sur votre téléphone ou de vous donner certaines informations (identifiant de connexion bancaire, puis code ou mot de passe d’activation pour valider un changement de mot de passe, et enfin des codes de sécurité pour valider des achats en ligne).

Il peut même vous rassurer en indiquant que vous recevrez une confirmation, un récapitulatif voire même parfois en « cadeau » un antivirus gratuit pendant un an ou encore une nouvelle carte.

C’est en réalité un escroc qui cherche à vous faire réaliser à son profit de nouvelles opérations au lieu d’en annuler. Il prétend être la solution à une menace, alors qu’il est lui-même cette menace. Et si vous lui donnez les informations (cryptogramme, codes d’accès de banque à distance, ou code SMS de validation…) il pourra réaliser des opérations lui-même.

Jamais un code ne sert à annuler des opérations. Raccrochez rapidement et appelez ensuite votre (vrai) conseiller bancaire pour l’informer ; le cas échéant prévenez la gendarmerie de cette tentative de fraude.

Ne communiquez jamais à personne votre identifiant et tous les codes d’activation ou de sécurité que vous recevez.

Voir notre infographie.

La fraude aux coordonnées bancaires

Cette fraude n’est plus réservée aux entreprises, elle peut aussi vous concerner.

Un de vos créanciers (bailleur, fournisseur d’électricité ou tout autre créancier légitime) vous informe qu’il a changé de banque. Vous devez désormais faire vos paiements vers de nouvelles coordonnées bancaires. Un nouveau RIB (IBAN BIC) vous est donc transmis pour vos prochains règlements.

C’est en réalité un escroc qui se fait passer pour votre créancier. Il envoie ses propres coordonnées bancaires en utilisant une adresse de messagerie électronique le plus souvent proche de celle de votre interlocuteur habituel.

Un ordre de virement ne peut pas être annulé, la somme ne peut donc pas être restituée par un transfert en sens inverse. Vous devez par conséquent être particulièrement vigilant quand on vous informe d’un changement de coordonnées bancaires. Assurez-vous de la véracité de cette information en contactant la personne (ou organisme) au numéro de téléphone (ou adresse email) que vous utilisez habituellement.

Voir notre infographie.

La fraude aux livrets et placements

L’escroc se fait passer pour un établissement de crédit, une banque ou encore un courtier pour proposer un livret ou un placement à des conditions très attrayantes. La fraude repose (encore une fois) sur l’usurpation d’identité.

Vous pouvez ainsi être contacté par mail ou téléphone, cliquer sur une publicité en ligne et de plus en plus sur les réseaux sociaux, via le compte d’influenceurs. Le livret ou placement est proposé avec une très forte rentabilité, un taux d’intérêt très élevé et des revenus garantis.

Si vous tombez dans le piège, vous recevrez des documents et/ou serez redirigé vers un site Internet pour renseigner vos informations personnelles et bancaires. Très bien faits, ces sites inspirent confiance car ils utilisent des mentions légales, des noms et des logos de banques ou établissements financiers connus, etc.

Pour un faux livret, vous n’avez qu’à verser les premiers dépôts pour percevoir au plus vite les intérêts promis. La fraude fonctionne de la même façon pour les placements financiers : diamants, champagne, vin, crypto-actifs, etc.

En cas de doute, vous pouvez utiliser l’application AMF protect épargne et consulter les listes blanches et noires de l’AMF.

Consultez notre infographie la fraude aux livrets et placements.

La fraude au faux prêt

Dans ce type de fraude, vous recevez un message vous proposant le rachat de vos crédits à un taux imbattable. Les escrocs se font passer pour une banque ou une société financière.

L’objectif pour les fraudeurs est de récupérer vos données pour usurper votre identité afin de se faire octroyer un crédit en ligne à votre place.

Pour ce faire, les escrocs prétextent les démarches pour constituer votre dossier de rachat de crédit. La somme empruntée est bien versée sur votre compte mais vous êtes contacté ensuite pour transférer le montant vers un compte externe, soi-disant pour finaliser l’opération de rachat de crédit.

Avant toute démarche, contactez directement votre conseiller bancaire et/ou l’établissement de crédit concerné en trouvant vous-même les coordonnées, pour vérifier la démarche. Méfiez-vous de taux qui ne rentrent pas dans la fourchette des taux actuellement pratiqués.

Voir notre infographie.

La fraude aux faux tests techniques

Vous recevez un appel ou un email des services techniques de la banque vous demandant d’effectuer des tests pour qu’ils puissent renforcer votre niveau de sécurité, ou vous offrant des mises à jour de votre espace abonné… Vous vous rendez sur l’environnement de test et vous suivez les instructions données. Ils peuvent même vous proposer de prendre la main sur votre ordinateur ou encore vous inciter à réaliser un virement pour tester des mises à jour.

Il s’agit évidemment de fraudeurs. En leur « obéissant », vous donnez accès à vos informations et à votre espace de banque en ligne.

Votre banque ne vous contactera jamais pour faire un test technique ni un test de virement. Devant un tel appel ou message, différez l’intervention et rapprochez-vous de votre banque aux coordonnés habituelles pour lui signaler. Si des tests devaient être réalisés, ce serait à votre initiative devant une difficulté que vous rencontrez.

Soyez particulièrement vigilant si la demande est urgente, insistante, le montant est élevé et le virement demandé vers un pays inhabituel.

Voir notre infographie.

Pour aller plus loin :

Voir aussi

Voir aussi

Clés mag
Abonnez-vous ici pour retrouver toutes les actus et nouveautés des clés de la banque :
Vidéos, mini-guides, etc.

Je m'inscris à la newsletter

Pour être informé régulièrement des actualités du site

* Champ Obligatoire

Je m'abonne à :

Merci pour votre inscription à la newsletter

0 document sélectionné

Partager cet article