Je déclare mes revenus

Le prélèvement à la source, mis en place le 1er janvier 2019, n'a pas fait disparaître ce rendez-vous annuel avec les impôts. Déclarer vos revenus, c'est maintenant et jusqu'à fin mai/début juin selon votre département.

Comment déclarer vos revenus ?

Cette année, tous les contribuables français ont l'obligation, sauf exception, de déclarer leurs revenus en ligne.

Si le service de déclaration de revenus 2018 par Internet a été lancé au niveau national le 10 avril dernier, la date limite de déclaration varie en fonction du département où vous résidez :

  • mardi 21 mai 2019 à minuit pour les départements 01 (Ain) à 19 (Corrèze),
  • mardi 28 mai 2019 à minuit pour les départements 20 (Corse-du-Sud) à 49 (Maine-et-Loire),
  • mardi 4 juin 2019 à minuit pour les départements 50 (Manche) à 976 (Mayotte).

Votre déclaration de revenus 2018 va permettre d'ajuster le taux de prélèvement à la source sur votre situation de 2018 (le taux était jusque-là ajusté sur vos revenus 2017). L'administration fiscale devrait vous communiquer cet été le taux auquel vous serez soumis à partir de septembre 2019.

Votre déclaration de revenus est préremplie par l'administration fiscale : vous devez donc vérifier l'exactitude des informations renseignées (situation familiale, adresse postale, montant des revenus...). Si elles sont inexactes ou incomplètes, rectifiez-les.

Retour haut de page

Quels revenus déclarer ?

Les salaires et revenus assimis

Le salaire imposable comprend le salaire de base, versé par votre employeur, et les revenus accessoires (heures supplémentaires, frais professionnels, prestations sociales et familiales, indemnités d'arrêt de travail...).

En 2019, les heures supplémentaires doivent être déclarées, mais elles sont exonérées dans une limite de 5 000 euros par an.

Etudiants, stagiaires, apprentis... Vous pouvez dépendre d'un régime d'imposition spécifique. Renseignez-vous sur le site de la direction générale des Finances publiques.

Les pensions

Les pensions de retraite, d'invalidi et les pensions alimentaires sont soumises à l'impôt sur le revenu. Toutefois, certaines sont exonérées, c'est le cas notamment de l'allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), de l'allocation supplémentaire d'invalidité (Asi) ou encore des allocations minimum vieillesse.

Attention, vous devez déclarer les pensions alimentaires que vous avez perçues, car ces montants ne sont pas connus de l'administration fiscale.

Les revenus mobiliers et plus-values sur valeurs mobilières

Les revenus mobiliers désignent les revenus tirés de vos placements financiers. Certains sont exonérés d'impôt sur le revenu (plans et comptes épargne réglementés...) ou soumis au prélèvement libératoire, d'autres sont pris en compte dans votre revenu imposable.

L'imprimé fiscal unique (IFU) récapitule l'ensemble des revenus mobiliers versés et l'ensemble des opérations sur valeurs mobilières effectuées par la ou les banques qui détiennent vos placements financiers.

Vous pouvez choisir de soumettre vos revenus financiers au barème progressif de l'impôt ou au prélèvement forfaitaire unique (PFU), appelé aussi flat tax, dont le taux unique s'élève à 30 % (12,8 % d'impôts + 17,2 % de prélèvements sociaux). Attention, l'option choisie vaut pour l'ensemble des revenus financiers de votre foyer fiscal, mais également pour vos plus-values mobilières.

Les revenus locatifs

Les revenus locatifs (location vide ou meublée) sont soumis à l'impôt sur le revenu. Toutefois, les revenus que vous tirez de la location de locaux meublés, en tant que loueur non professionnel, doivent être déclarés en tant que bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

En fonction des revenus locatifs dégagés, vous pouvez choisir entre deux régimes fiscaux : régime micro-foncier (location vide), micro-BIC (location meublée) ou régime dit de bénéfice réel.

Retour haut de page

Quelles charges et dépenses déclarer ?

Si vous êtes fiscalement domicilié en France, certaines charges sont déductibles du revenu global de votre foyer fiscal, comme la pension alimentaire versée à votre ex-conjoint pour vos enfants ou encore les versements volontaires dans un plan d'épargne retraite.

Vous pouvez également, sous conditions, bénéficier d'un crédit ou d'une réduction d'impôt pour certaines dépenses engagées :

  • liées à la famille : frais de garde de jeunes enfants, scolarisation des enfants...,
  • liées au logement : travaux de rénovation énergétique, investissement locatif...,
  • au titre des services à la personne : soutien scolaire, assistance aux personnes âgées ou handicapées, entretien de la maison...

Retour haut de page

2018 : une année blanche ?

Afin d'éviter un double prélèvement en 2019, vos revenus courants perçus en 2018 ne seront pas imposés. Toutefois, si vous avez perçu des revenus exceptionnels en 2018, vous devrez payer l'impôt correspondant en 2019.

Avril 2019


facebook Suivez-nous sur Twitter (Nouvelle fenêtre) Suivez-nous sur youtube (Nouvelle fenêtre)